Illustration (rawpixel.com / Freepik / ImmoPotam).

The Sandbox : Carrefour s’offre 36 hectares virtuels

Pour anticiper ce qui pourrait devenir le futur du commerce en ligne et pour surveiller les tendances à venir, Carrefour a annoncé avoir investi dans une parcelle à retrouver sur The Sandbox.

120 ethereum (ou 293.830 euros) : pour le prix d’un studio parisien, Carrefour vient de s’offrir le “33,147”, l’équivalent de 36 hectares dans le jeu vidéo The Sandbox. Le géant de la grande distribution, qui pourrait dresser plus d’une centaine d’hypermarchés sur cette surface virtuelle, prévoirait surtout d’organiser de l’évènementiel et des lancements de produits dans un premier temps. Si The Sandbox est un monde parallèle offrant une multitude de divertissements (mode, concerts, spectacles virtuels, galeries d’art…), les marques de luxe y sont bien implantées, mais, plus récemment à l’image de Carrefour, d’autres enseignes telles qu’Adidas, Atari ou Warner Music y ont acquis des parcelles numériques en s’intéressant davantage aux cryptomonnaies, aux NFT et au blockchain.

Voici notre première adresse dans le metaverse, sur The Sandbox ! Un terrain virtuel et surtout un terrain d’innovation pour Carrefour, dans la logique de notre transformation digitale : un terrain pour être au cœur du sujet du metaverse, expérimenter, comprendre les évolutions du retail et de la consommation qui vont venir. Les projets concrets à découvrir bientôt…“, s’est félicitée Elodie Perthuisot, chef du e-commerce et de la transformation digitale chez Carrefour, pour officialiser cette nouvelle acquisition sur son profil LinkedIn. En décembre dernier, Republic Realm, l’un des leaders des investissements en NFT, avait misé 3,8 millions d’euros pour un terrain virtuel sur The Sandbox.

ImmoPotam collecte ses données et délivre une analyse auprès des sources qu'il considère les plus sûres. Toutefois, l'utilisateur reste le seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ce contenu n'a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité d'ImmoPotam ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Ainsi, l'utilisateur devra tenir ImmoPotam, ses annonceurs et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.

Tout achat et investissement comportent des risques pour l'utilisateur susceptibles de remettre en cause l'équilibre économique de son opération (mensualités, conditions d'assurance, vacance du bien, variation du loyer, impayés, revente, frais de gestion, charges de copropriété, changement de la fiscalité, risque de perte en capital lors de la revente…). L'utilisateur doit apprécier ses engagements tout en mesurant les risques fiscaux, financiers et juridiques au regard de sa situation financière et patrimoniale. Le non-respect des engagements ayant bénéficiés d'une aide (PTZ, TVA réduite, Pinel…) et/ou d'une subvention (Action Logement, 1% logement…) entraîne(nt) la perte du bénéfice des incitations fiscales et peu(ven)t être récupérables.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.